Cela commence à faire déjà un bon moment que nous sommes rentrés de tour du monde, mais nous sommes toujours animés par la même soif d’aventures … Nous avions entendu parler de l’Ecosse pour son relief et ses paysages grandioses, et pour ses beaux itinéraires de randonnée. Pour nos deux semaines de vacances, c’était ainsi l’occasion parfaite pour prendre des billets de dernière minute, et de nous envoler pour de nouvelles aventures au pays du whisky et de la cornemuse !

Et pour entrer directement dans le vif du sujet, à peine arrivés à Glasgow, nous voilà en route pour Broadford, départ du Skye Trail qui traverse l’île de Skye du Sud au Nord sur près de 130 km. Équipés de tout notre matériel de camping, et de suffisamment de provisions pour 7 jours, nous nous mettons ainsi en route sous un ciel déjà menaçant …

Étape 1 : de Broadford à Torrin

IMG_84792

Malgré une bonne averse sur cette première journée de trek, la météo aura été globalement meilleure que ce à quoi nous nous étions préparés ! Mais la spécificité des chemins de rando Ecossais ne nous aura par contre pas laissés sans obstacles, avec des sentiers bien boueux, parfois spongieux, et par moments en plein dans de hautes herbes gorgées d’eau dans lesquelles il suffit de marcher 2 minutes pour avoir le bas de pantalon et les chaussures trempées ! Et le tout, sans le moindre panneau ou balisage bien sûr, malgré les nombreux passages où le chemin devient très confus, jusqu’à parfois disparaître complètement sur plusieurs centaines de mètres …

Heureusement, notre GPS hors ligne sur le téléphone nous aide bien, et cette première étape de 20 km se déroule sans encombre jusqu’à Torrin, où nous installons notre tente dans un petit coin tranquille à l’abri du vent à quelques mètres de la côte, sous un super soleil de fin de journée … jusqu’à ce que la première difficulté de notre périple se présente alors que nous finissons tout juste de manger notre petite soupe du soir, prêts à nous coucher.

IMG_84980

Alors que je reviens d’une petite pause pipi, je vois un truc projeté en l’air tout à coup aux abords de la tente, tandis que Jairson se montre complètement paniqué, mais je suis un peu loin pour comprendre ce qu’il se passe. Je m’empresse alors de m’approcher et j’identifie la bonbonne de gaz qui nous a servi à cuisiner notre soupe : c’est ce qui vient de voltiger, et qui fuit désormais à grand bruit et à toute vitesse, à quelques mètres de la tente, et d’un Jairson à la fois désemparé et en panique. Il vient d’essayer de dévisser le réchaud de la bonbonne de gaz, mais la pièce à dévisser est restée coincée, laissant le gaz s’échapper soudainement, et la seule solution était de balancer notre unique moyen de cuisiner notre nourriture prévue pour nos 7 jours de trek, tel une grenade, et de le regarder se vider de son contenu, impuissant !! Toutes nos réserves de nourriture (semoule, riz, soupe) requièrent d’utiliser notre réchaud pour être préparées, et sans gaz, nous sommes finis ! 

Impossible d’envisager d’aller plus loin sans nourriture ! Il faut parvenir à décoincer la pièce à dévisser, et il faut faire vite avant que toute la bonbonne ne se vide !! Ni une ni deux, on se précipite pour rattraper le coup, malgré le gaz qui s’échappe et le danger potentiel de la situation, et on réussit finalement à stopper l’hémorragie. La bouteille s’est vidée de plus des 3/4 de son contenu … à voir combien de temps cela pourra tenir … Au pire, il est prévu que l’on croise quelques habitations et auberges sur notre route, à voir si l’on peut se réapprovisionner d’ici la fin du trek …

Étape 2 : de Torrin à Elgol

IMG_85030

Première préoccupation de la journée : nous réapprovisionner en gaz ! On rejoint les quelques rares habitations de Torrin en à peine 1h de marche, et l’unique commerce du hameau, dans lequel nous avions placé tous nos espoirs, s’avère être fermé. Il y a toutefois un camping qui semble ouvert, et nous entrons pour y tenter notre chance, on ne sait jamais s’ils vendent 2-3 trucs, ils auront peut-être du gaz ! … Très bonne intuition, puisque nous repartons finalement avec exactement ce que nous cherchions : une petite bonbonne de gaz pleine au 2/3, laissée là par d’autres randonneurs, et dont la très gentille gérante du camping nous fait don gracieusement. Nous sommes donc sauvés, et pouvons reprendre sereinement le cours de notre trek, sous une pluie plus ou moins forte … qui ne nous quittera pas de toute la journée.

Étape 3 : de Elgol à Sligachan

IMG_85273

Pour cette 3ème journée de marche, nous avons la chance d’avoir un super soleil, qui nous donnera l’occasion de sortir enfin les lunettes de soleil, mais aussi – incroyable mais vrai – de nous mettre en T-shirt ! Le paysage est en plus magnifique sur tout le long de l’étape, avec deux grands lochs que nous longeons, au milieu d’un relief qui commence à se dessiner plus distinctement.

Probablement en raison de la météo favorable et de la beauté des lieux, nous croisons pas mal de randonneurs en route. Et nous faisons aussi la connaissance des midges, les petits moucherons locaux qui vous attaquent en nuages organisés pour vous dévorer !! Nous nous en serions bien passé ! Heureusement, on avait été prévenus, et nous avions prévu le répulsif à dégainer en cas de besoin.

Alors que la fin de l’étape s’annonce à l’approche de Sligachan, nous nous prenons quand même une petite saucée sur la dernière demi-heure de marche (ça aurait été quand même bizarre sinon, une journée sans pluie !). Encore à distance des quelques 2-3 constructions du hameau, nous distinguons la route qui semble bien fréquentée, ainsi que le camping dans lequel nous avions idée éventuellement de nous poser.

Le camping est gigantesque et semble accueillir beaucoup de monde, ici au milieu de nullepart. Etrange ! De loin, on croirait un festival avec des tentes, des campervans et des gros RV’s ! Cela ne semble pas très engageant pour nous qui aimons le calme et la tranquillité de la nature, surtout en trek, mais nous décidons d’aller quand même voir de quoi il s’agit … et nous optons finalement pour y passer une nuit ! Ce sera l’occasion de prendre une petite douche bien méritée après 3 jours de marche …

Il y a même un hôtel et un restaurant qui servent à boire à côté : ça tombe bien, une petite bière ne ferait pas de mal pour un peu réconfort à mi-parcours. Nous nous laisserons finalement même tenter par une belle portion de frites, un mac & cheese, et une part de gâteau au chocolat fondant, rompant sans complexe notre régime léger de randonneur ! 

Étape 4 : de Sligachan à Portree

IMG_85448

Requinqués par cette étape à Sligachan, nous reprenons la route en direction de Portree, dans une légère brume matinale, et sous d’épais nuages bien décidés à encombrer le ciel toute la journée. Contrastant avec la journée de la veille, cette portion du trek nous laissera pourtant quelque peu déçus, avec plus de 80% de l’itinéraire sur la route ! Une route toutefois quasiment déserte un peu plus de la moitié du temps, mais du coup sans grand intérêt pour la rando !

Seul émerveillement de la journée sur une des rares portions de sentier : la découverte d’un énorme champignon très semblable à un cèpe ! Nous l’aurions bien ramassé pour en faire une petite fricassée au pesto pour notre repas du soir, mais n’étant pas de grands experts en matière de champignons, pas question de prendre des risques inutiles … Il aurait pourtant pu nous suffire à lui seul pour le dîner, et c’est avec regret que nous le laissons derrière nous.

Arrivés à Portree, nous sommes étonnés de retrouver la foule, après avoir été presque seuls au monde depuis le début de notre trek. La petite ville est très touristique, et il nous faut continuer quelques kilomètres au-delà afin de pouvoir poser notre tente quelque part à l’écart et au calme. Une fois passé le petit centre-ville, le paysage s’ouvre alors sur de magnifiques falaises verdoyantes, et nous trouvons un spot idéal pour nous installer pour la nuit, avec vue sur le relief et la mer. De quoi nous redonner l’envie de poursuivre notre périple et découvrir ce nouveau paysage qui se dessine pour la suite …

Étape 5 : de Portree à Storr

IMG_84573

Sur cette 5ème journée de marche, le paysage est époustouflant ! Nous arpentons de magnifiques falaises le long de la côte, et nous croisons de plus en plus de moutons. Nous en avions déjà croisés pas mal jusque là, mais ils sont désormais particulièrement nombreux. Ils sont souvent en pairs avec la maman et le bébé ! Trop mignon !! Évidemment, comme en Nouvelle-Zélande, ils se barrent en courant dès que l’on cherche à les approcher un peu … et, comportement des plus étonnants que l’on aura l’occasion d’observer plus d’une vingtaine de fois : à notre approche, les bébés s’empressent parfois d’accourir auprès de leur maman pour téter !! Trop drôle, surprenant et attendrissant à la fois, de les voir se presser pour téter énergiquement, en foutant régulièrement des coups de tête assez violents quand même dans les pies de leur maman !! Eh oui, pour nous les citadins, l’observation des animaux est une découverte permanente !! Ahah!!

Malgré ces belles surprises ponctuant notre journée, nous ne sommes pas épargnés par une pluie incessante, qui daigne finalement s’arrêter qu’une fois que nous arrivons à Storr, et qu’il nous reste à peine plus d’un kilomètre pour arriver au fameux point de vue du Old Man of Storr … Là encore, nous retrouvons la foule, venue en voiture.

Depuis le petit parking sur lequel notre sentier débouche, il faut grimper sec jusqu’au point de vue, et les plus courageux continuent encore pour prendre de la hauteur et bénéficier d’un autre angle sur le superbe paysage. The Old Man of Storr mérite bien sa réputation, le point de vue est renversant, avec en arrière plan l’océan et la côte qui se découpent le long des falaises vertigineuses que nous parcourions quelques heures plus tôt …

Nous sommes finalement les seuls à poursuivre le chemin au delà d’un certain point, franchissant le pas d’une montagne, et nous retrouvant derrière une grande barrière rocheuse surplombant un spot idéal pour planter notre tente. C’est ici que nous nous installons pour la nuit.

Et comme nous n’en avons pas eu assez pour nos jambes aujourd’hui (ahah), nous décidons d’entreprendre l’ascension de cette grande barrière rocheuse pour accéder au point de vue le plus haut. Sans les sacs laissés dans la tente, on se sent tout léger ! Il nous faut quand même trois bons quarts d’heure pour arriver tout en haut. La brume nous rattrape mais nous avons tout de même le temps d’apprécier la superbe vue surplombante. En continuant un peu plus loin et un peu plus haut, on atteint même un point de vue inédit juste au-dessus du Old Man of Storr !! Incroyablement beau … De quoi bien finir la journée !

Étape 6 : de Storr à Flodigarry

IMG_84562

Cette sixième étape est supposée être la plus corsée du trek, avec près de 28 km et 1700 m de dénivelé prévus … Heureusement, nous avons un peu pris d’avance la veille en passant The Old Man of Storr, mais le chemin s’annonce costaud jusqu’à Flodigarry, et il nous faut commencer la journée au plus tôt !

Aujourd’hui, pas le temps de s’arrêter pour s’émerveiller devant chaque bébé mouton tétant sa maman !! Nous prenons tout de même le temps d’apprécier la beauté du paysage qui est à son apogée sur cette portion du trek, alors que nous longeons des falaises encore plus escarpées et abruptes que la veille. Le chemin parcourt le relief sans ménagement, passant alternativement de montées bien raides, à des descentes à pic. Le dénivelé se fait effectivement bien sentir sur cette portion, et nous ne sommes pas mécontents de finir par apercevoir la route au loin, annonçant notre approche de la fin de cette étape.

Nous finissons donc par croiser la route, qui débouche à cet endroit pour un point de vue encore plus époustouflant que la veille, The Quiraing. On y trouve pourtant moins de monde qu’à The Old Man of Storr, plus connu et donc plus couru. Cependant, on y croisera la route d’un couple de Coréens que nous avions vu la veille. Alors qu’ils nous reconnaissent avec nos gros sacs à dos, nous les reconnaissons aussi grâce à leur immense appareil photo, et ils sont impressionnés d’apprendre que nous avons parcouru toute cette distance à pied !

Mais le chemin n’est pas terminé pour la journée … Nous n’irons pas jusqu’à Flodigarry, qui se trouve encore bien trop loin pour que nous y parvenions avant une heure raisonnable, et nous sommes épuisés ! Nous poursuivons toutefois encore une bonne heure et demie avant de trouver enfin un endroit plat et sec pour poser notre tente, au milieu d’un relief super escarpé et d’un sol gorgé d’eau quasiment tout autour de nous …

Étape 7 : de Flodigarry à Rhuba Hunish

IMG_85026

Dernière journée de trek, il nous faut arriver à Rhuba Hunish avant 15h30 pour choper le bus retournant à Portree, où nous comptons passer la nuit pour clore cette première semaine pleine d’aventures en Écosse …

Nous commençons donc notre journée assez tôt, sous un beau ciel bleu des plus encourageants, et arrivons à Flodigarry en un peu plus d’une heure de marche. Le reste de la rando suit alors la côte sur un terrain étonnamment très praticable et plutôt plat, pas trop fatiguant après la journée bien costaud de la veille ! 

On traverse toutefois quelques passages bien humides et boueux, et alors qu’il ne nous reste que quelques kilomètres avant notre arrivée et que nous devons sauter par-dessus un passage ultra-boueux, je calcule mal mon coup, et mon pied gauche se retrouve complètement immergé dans la boue jusqu’à la cheville ! Super ..!!! Mes lacets, ma chaussure et ma chaussette sont remplis de boue ! Je ne sais par quel miracle, il semblerait que la boue ne soit toutefois pas rentrée à l’intérieur !! Heureusement, ça nous fera bien marrer (surtout Jairson !), et ma chaussure se nettoiera presque toute seule dans les hautes herbes mouillées, avant que nous arrivions à une petite cabane où nous nous arrêtons pour manger notre repas du midi, et pour découvrir le concept des Bothies comme celui-ci, des petites cabanes refuges qui se trouvent apparemment par centaines à travers l’Ecosse, et dans lesquels on peut venir dormir gratuitement ! Nous qui n’avions rien prévu pour la semaine qui suit, nous savons désormais que l’on a potentiellement des plans gratuits pour dormir … !!

IMG_85014

IMG_85000

Arrivés vers 14h à Rhuba Hunish, nous avons plus d’1h d’avance sur le bus pour Portree. Nous décidons donc de faire du stop, et c’est un adorable couple d’Anglais en camping car qui nous embarquent gentiment dans leur RV bien bordélique, jusqu’au centre-ville de Portree, où nous passons une nuit bien reposante et bien méritée pour clore cette aventure de 7 jours à travers les paysages grandioses de l’île de Skye, dans le vent, sous le soleil et sous la pluie …

Traversée de l’île de Skye : 7 jours sur le Skye Trail en Ecosse
Une bonne note, ça fait toujours plaisir !

A propos de l’auteur Caroline & Jairson

À deux, nous parcourons le monde, motivés par notre passion pour le trek, la photographie, et les découvertes culinaires en voyage. Notre objectif : partager avec vous nos expériences autour du globe, pour vous aider à organiser votre prochain départ et vous montrer que le voyage est accessible à tous !

(4 commentaires)

    1. Salut Aurélie, nous y étions en Août ! C’est une bonne période même s’il pleut (mais bon, c’est ce qui fait le charme de l’Ecosse ;-) ). Par contre, penses bien à réserver tes hébergements à l’avance en cette période, il y a quand même beaucoup de touristes. Ou alors, renseignes-toi un peu sur les Bothies, les refuges gratuits qu’il y a un peu partout là-bas, on en parle dans nos articles :-) Dans tous les cas, bon séjour en Ecosse !!

Laisser un commentaire